Turquie: contre une admission dans l'Union Européenne?

Publié le par Flo

La Turquie peut-elle prétendre à l’accession en Europe si elle s’engage dans un conflit armé contre le PKK et donc l’Irak (voire les Etats-Unis et leurs alliés) par extension ?

 

Telle est ma question du moment…

 

Les Etats-Unis peuvent-ils laisser faire ? Sachant que le ton est récemment monté entre Ankara et Washington, les bombardements qui se répètent pour la seconde fois en deux jours (d’après Reuters et Le Monde) ne vont-ils pas mettre le feu aux poudres, malgré ce qu’affirment les rédacteurs/traducteurs de la dépêche de Reuters ?

Les bombardements sont-ils légitimes, bien que le PKK soit considéré par la Turquie, et une bonne partie de la communauté internationale dont la France et les Etats-Unis, comme un groupuscule terroriste ?

La centaine de milliers de soldats postés par la Turquie à la frontière Irakienne est-elle la bonne réponse à des provocations qui pourraient être réglées rapidement si le peuple Kurde obtenait ce qu’il réclame ?

 

Prenons quelques lignes pour expliquer ce qu’est ce PKK. Le sigle signifie Parti des Travailleurs du Kurdistan. Cette organisation armée indépendantiste a été fondée en 1978 pour permettre aux peuples des régions Kurdes une réunification et l’obtention d’une indépendance. Depuis 1984, le PKK s’est engagé dans une rébellion contre la Turquie afin de réclamer l’indépendance du sud et du sud-est Turc, peuplés majoritairement par des Kurdes.

Le Kurdistan est une région d’Asie centrale qui s’étale sur une région montagneuse couvrant la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak. Quant aux Kurdes, ils sont un peuple regroupant près de trente millions de personnes disséminés sur ces quatre pays à la suite de la dislocation de l’Empire Ottoman à la fin de la Première guerre mondiale. Pour plus d’informations, cliquez ici et .

 

Pour revenir à ma question de départ, je n’ai jamais eu de réel avis quant à l’admission de la Turquie dans l’Union Européenne. Ceci dit, si les choses continuent sur cette voie, que les combats et la lutte acharnée du pays continuent à faire de nombreux morts, je pense que ma réponse sera toute trouvée… Si référendum, un jour, il y a, je voterai non. Tout simplement car l’Europe est, certes un projet économique qui est ce qu’il vaut –c'est-à-dire pas grand chose–, mais également un projet politique assez intense qui repose sur une notion de paix, essentielle à son parfait fonctionnement.

 

Publié dans Géopo - Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nico 26/12/2007 22:34

La bonne nouvelle, que la politique croit bon de nous cacher, c'est que la Turquie appartient DEJA a l'Europe, pour tout ce qu'il est interessant, a savoir l'Union Douaniere (et oui), les tarifs preferentiels, les programmes d'echanges de travailleurs, les programmes d'echange ERASMUS / SOCRATES, etc...Ils signent du reste les traités qui sont referents a l'Europe et sa construction ces temps ci...Donc une entrée de la Turquie en Europe ne changerait absolument rien, a part faire monter la colere des europeens qui aiment leur europe chretienne et blanche... Bronzes et musulmans, qu'il serait souvent plus interessant de faire adherer que les Roumains et les Macedoniens, restent a l'exterieur pour ce qui me semble etre de simples problemes de racisme...Et pourtant je me mettrais a voter non pour une raison que je pensais purement politique, et qui ne l'est pas : Le genocide armenien... Il a été reconnu trois genocides seulement : la Shoah, le Rwanda et l'Armenie... Pas de Khmers Rouges, pas de Staliniens, pas d'Albanais... Et pourtant les Turcs, a qui j'ai pu parler, a savoir ceux qui voyagent et qui sont normalement plus ouverts, continuent de nous assurer que le genocide n'a jamais eu lieu et que la raison est uniquement de les empecher d'entrer dans l'UE...En fait l'Europe est deja bien miteuse en son Etat... Je ne sais pas ce qui nous pousse a nous ouvrir a l'Est, a part de meilleures conditions pour les entreprises, et un gros pari sur l'avenir, mais prendre des decisions a 27 est impossible, et contenter tout le monde aussi... En fait on part en couille, mais personne ne ous le dit... J'aimerais un jour qu'on nous informe vraiment, en masse, sur les pour et les CONTRE de l'Europe, parceque j'en ai un brin ras le cul d'entendre toujours que l'Europe c'est super genial sans qu'en contrepartie ou nous dise qu'on n'a pas vraiment le controle de notre politique...

lulu 26/12/2007 21:44

L'armée Turque occupe le Nord de Chypre, et la condition des femmes n'est pas terrible, surtout à l'est. C'est aussi pour ça que je voterais non à un référendum.

un certain ogre 24/12/2007 13:34

Ah! la guerre de l'eau!est-ce vraiment nécéssaire quand on a pas de pastis?ben voilà, je suis au boulot et j'ai vraiment pas le temps (c'est le denier jour ou les moutons défilent en masse avant de se repaître grassement la nuit tombée) et surtout, c'est la seule reflexion pertinente qui me vient à l'esprit au milieu de  cet entourage mercantile dans lequel je baigne...Si ça c'est pas le miracle de Noël....bon reveillon à tous et particulièrement à toi

Flo 24/12/2007 12:29

héhé... une réaction digne de ce nom... je dis wouahou!Je ne pense pas que l'on ait quelque autorité que ce soit sur l'arrêt des combats en Turquie, nous, Français. Puis-je te rappeler que lors de la campagne présidentielle, Nicolas (de chez Nicolas et Carla) s'est clairement opposé à l'entrée de la Turquie dans l'UE? De toute évidence, jusque 2012 au mieux, nous n'aurons pas notre mot à dire à ce sujet car il n'y aura point de référendum à ce sujet (j'en veux pour preuve la ratification du Traité simplifié par voie parlementaire...).  Enfin bref, le sujet n'est pas là.Il s'agit de parler Turquie. Et la Turquie a des armes que peu de gens imaginent. Oh! certes, il ne s'agit pas d'armes de destruction massive, ou même d'armes de destruction tout court. Elle peut simplement, si elle le veut, emmerder toute une région du monde. Et surtout l'Irak. Nous sommes dans une période pré-guerres pour l'eau. La Turquie peut se targuer d'être le pays d'où naissent les deux fleuves Irakiens le Tigre et l'Euphrate. Depuis quelques décennies déjà, la Turquie décide de l'arrosage de l'Irak par les deux fleuves sacrés...  On peut alors aisément penser que si la situation empire entre le PKK et les forces Turques, il leur sera fort aisé de couper l'alimentation en eau à tout le pays pour les forcer à gérer seuls ce groupuscule terroriste...Les Etats-Unis, là-dedans, b'en forcément, si les choses empirent, vont forcément réagir... N'est-il pas dit dans la dépêche qu'il serait dommageable que la situation en Irak n'empire à cause de conneries tierces? Et, effet boule de neige faisant, jeu d'alliances à la con... nous pourrions rapidement nous retrouver face à un bordel de chez bordel...Une France anti-américaine mais pas forcément pro-Turque et pas totalement pro-européenne... Une Europe divisée face à la France gouvernementale, à la politique à tenir face aux States, à l'admission de la Turquie, à la guerre en Irak, etc. Tu imagines ce que ça pourrait donner comme résultat?Et je n'ai pas trop le temps en ce moment. Et "longtemps"... 2 jours, c'est pas non plus énorme;)

un certain ogre 24/12/2007 01:25

une fois n'est pas coutume, je te trouve bien catégorique!certes l'Union Européenne a vocation économique mais je pense que tu sousestimes son côté humanitaire et que tu te méprends quant à sa dimension diplomatique. Je te le concéde, il n' existe pas encore de ministére européen des affaires étrangères ni même de politque commune en matière de diplomatie. Cependant, il y a une chose qui est vraie, c'est que l UE se préoccupe de la situation en Turquie et que nous sommes dans un processus de négociations depuis que la question de l'éventuelle entrée de ce pays a été posée. Et c'est de chorale que les observateurs (européens et internationaux) s'inquiètent de la future présidence française au sein de l'UE. Aprés la Slovenie viendra notre tour et la politique atlantiste de notre cher Président soulève pas mal de question chez nos voisins...Pour ma part, je considére que la question de l'entrée de la Turquie dans l'espace Schengen est prématurée et que plutôt que d'avoir une politique attentiste (ben! attendon de voir et puis après on prendra notre décision...) prenons les devants et mettons la pression aux Turcs pour que les combats cessent! Nous, membres fondateurs, avons les moyens diplomatiques et surtout économiques de les faire cesser. Ne tombons pas dans la caricature de Bush et de l'Irak. ne nous trompons pas, le monde nous regarde. Cependant, là ou j'aurai tendance à te rejoindre, c'est que , aux vues des relations tendues entre la Turquie et les US, le dépôt des armes et la négociation sont les meilleurs atouts de la résolution d'un conflit majeur sous-jacent. mais de grâce, que deubeuliou s'en aille, et vite. Il va finir par tout faire péter dans les Balkans. Je reste persuadé que les bombardements (sans autres fondements selon moi que l'indexation d'une région du globe riche en matières premières) n'ont pas pour cible des intérêts US.Quant à se prononcer sur l'entrée ou non de la Turquie dans l'Union Européenne, bien malin celui qui peut se targuer d'avoir un avis tranché sur la question tant que cette situation perdurera. Procédons par ordre et réglons les problèmes un par un...Tiens, sinon ça fait longtemps qu'on s'est pas parlé...