Ce qui risque d'arriver (3)

Publié le par FlouDuD

Bon, aujourd’hui, en attendant l'article pro-Sarko de mon acolyte, je vais jouer au "plagiat", une discipline que certains de mon ancienne promo (dans une école de journalisme, rappelons-le, si besoin est) maîtrisaient, croyaient-ils, à la perfection.

Bref, passons.

 

Je tiens à préciser que l’article que je vais (partiellement) retranscrire est issu du numéro 521 du magazine Marianne, daté du 14 avril 2007. Ce papier couvre 12 pages (de la 14 à la 25), est rédigé par Ms. JFK (Jean François Kahn), Serge Maury, Philippe Cohen, Laurence Dequay ainsi que le service France de la rédaction.

Je tiens également à préciser que je connais parfaitement les risques encourus par cette pratique, mais je doute sincèrement que l’un des auteurs y voit un inconvénient quelconque à cette retranscription.

Dernier point, Marianne a été sévèrement critiqué par nombre de nos pairs pour avoir ouvertement pris position dans cette élection politique.

Je vais donc vous livrer la chute du papier qui, soit dit en passant, est très poignante de sincérité. Merci aux rédacteurs du travail d’écriture fait sur ce papier.

 

 

 

 

 

 

 

"Le vrai danger

On évoque obsessionnellement le danger Le Pen. Il existe un risque, en effet. Un terrible risque que, comme en 2002, le leader de l’extrême droite déjoue tout les pronostics et porte ainsi un nouveau coup à notre système démocratique. Mais tout le monde sait que Le Pen, lui, ne sera pas élu président de la République. Heureusement , il ne dispose, lui, contrairement à son adversaire-concurrent de droite (à l’égard duquel il fait preuve d’une certaine indulgence), ni de pouvoir médiatique, di du pouvoir financier. Pouvoirs qui, en revanche, si Sarkozy est élu –et il peut l’être-, ainsi que le pouvoir policier et militaire, seraient concentrés, en même temps que les pouvoirs exécutif et législatif, entre les mêmes mains, lesquelles disposeront, en outre, d’une majorité au Conseil constitutionnel, au CSA et au sein de la plupart des institutions du pays.

Hier, le journal la Tribune trappait [entendre « passait à la trappe »] un sondage parce qu’il n’était pas favorable à Sarkozy ; une publicité pour Télérama était interdite dans le métro parce qu’elle était ironique à l’égard de Sarkozy ; un livre était envoyé au rebut, le patron d’un grand magazine également, parce qu’ils avaient importuné Sarkozy ; Yannick Noah était censuré, parce que ses propos déplaisaient à Sarkozy. Aucun journal, fût-il officiellement de gauche, n’a échappé aux efficaces pressions de Sarkozy.

Voter Sarkozy n’est pas un crime. C’est même un droit. Nous ne dirons pas, nous, que ce candidat représente la fraude, la délinquance, l’anti-France et la faillite morale.

Nous voudrions simplement qu’on se souvienne plus tard –quitte, ensuite, à nous en demander compte- que nous avons écrit qu’il représente pour la conception que nous nous faisons de la démocratie et de la République un formidable danger.

S’il est élu, nous savons que nous pourrions en payer le prix. Nous l’acceptons ! »

 

Qui plus est, c’est ce que j’appelle être journaliste, vraiment journaliste et pas journaillons, comme le prétendent des centaines de détenteurs ou futurs détenteurs de la carte de presse.

Cet article donne des dizaines d’exemples de la mauvaise foi de cet individu… La suite au prochain épisode.

Dernier point, je sais que ce n'est pas du plagiat car je cite mes sources, etc. Je voulais juste faire mention de conneries qui me font hurler de rire!

Publié dans Politique Française

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Et as-tu lu le marianne sur "le vrai Sarkozy"? Ca fait peur!
Répondre
F
La passage retranscrit vient justement de ce numéro du magazine d'exception qu'est Marianne.