Je ne voulais pas parler d'Obama...

Publié le par Flo


 


Ce week-end où je m’emmerde un tant soit peu, je décide de m’intéresser un peu plus en profondeur à ce qui s’est passé sur Terre cette semaine.

Non mais c’est vrai ! Vous, vous savez ce qui a bouleversé la planète en cette semaine d’élection présidentielle américaine ?

B’en moi, je l’avoue : non ! Je n’en sais rien de rien. Les médias, comme à leur habitude, nous en ont fait bouffer. A outrance, je dirais.

Ingrid Betancourt, vacances et actions gouvernementales plus ou moins cachées, rentrée, crise, pré-élection. Election !


Comme à chaque fois, je me connecte donc sur Google Actualités. J’aime bien cette fonctionnalité car, personnalisable, elle permet de se faire une bonne photographie de l’actu en temps presque réel.

Je me connecte, donc. Et dans la rubrique International, celle que je préfère avec la rubrique Sciences, voici les titres et chapôs que je puis lire :

 

« Sahara occidental: l'indépendance sous la présidence Obama (Polisario)

Le Monde - Il y a 4 heures

Le chef du Front Polisario Mohamed Abdelaziz a affirmé samedi s'attendre à ce que le Sahara occidental devienne indépendant durant le mandat du président américain élu Barack Obama, dans une interview au quotidien arabophone algérien El-Khabar. ...

 

Bouclier antimissile : Obama dément s'être engagé auprès de la Pologne

Le Point - Il y a 2 heures

Barack Obama n'a pris aucun engagement sur la poursuite éventuelle du bouclier antimissile américain en Europe de l'Est, a annoncé l'un de ses conseillers, contredisant des déclarations du président polonais Lech Kaczynski. Ce dernier a annoncé plus ...

 

Bush: la victoire d'Obama est un moment de triomphe dans l ...

AFP - Il y a 4 heures

WASHINGTON (AFP) — Le président sortant George W. Bush a estimé samedi que la victoire de Barack Obama à la présidentielle représentait un "triomphe" dans l'histoire des Etats-Unis et a promis un "effort sans précédent" de son administration pour lui ... »

 

Je ne voulais pas évoquer Obama. Tout le monde en a parlé en long, large et travers. On s’est tous exprimé à ce sujet. On a tout entendu. Cela est allé des félicitations sincères à l’extase.

Dégoût et propos racistes ont également été de la partie.

J’ai entendu un truc qui m’a fait froid dans le dos de la part d’un petit papy que j’ai dû interviewer mercredi en début d’aprèm. Je l’interroge sur un sujet qui n’a aucun rapport : les préparatifs de la Fête des Lulu* (nom juste un peu modifié pour préserver un tant soit peu d’anonymat). Je m’attendais à ce qu’il me réponde que depuis quelques années, cette Fête, quoique culturelle à la base, est devenue commerciale. Chacun va au Marché de Noël, bondé pour l’occasion, chacun veut faire son tour de grande roue. Que malgré tout, la Fête en elle-même est sympathique, que la ville est en pleine ébullition pendant 3 jours et que finalement c’est une bonne chose pour tout le monde. Ca fait oublier la crise où je ne sais quoi. Je m’attendais à ce qu’il me réponde un truc à la con, banal. Un truc qui m’aurait pas inquiéter autant.

 Comme vous l’aurez compris, donc, lui, il ne m’a pas dit ça du tout. Voila, texto, ce qu’il a répondu à la question « Avez-vous hâte de voir les décorations prévues, les thèmes que chaque quartier vont défendre cette année ? » : « Non. Moi, j’ai qu’une hâte à l’heure actuelle : que LE Obama finisse comme Kennedy. Les Noirs n’ont pas le droit de gouverner un tel pays !!! C’est le monde à l’envers.»

Je suis resté comme un con, médusé, n’en croyant ni mes yeux, ni mes oreilles. Je ne sais pas s’il avait compris que j’étais journaliste et que ses propos, j’aurais pu les filer à un canard. Ca aurait grandement agrémenté les sujets polémiques : « En France, on n’est pas prêt de voir un candidat Musulman se présenter à la Présidentielle ».

Bref, j’en suis donc resté cois ! Je n’ai rien ajouté, l’ai remercié puis suis parti voir ailleurs histoire de boucler mon papier à la con.

Je ne voulais pas parler d'Obama, mais je me suis rendu compte que l'Italie est peut-être pire que la France. Berlusconi, le premier Ministre Italia, n'a-t-il pas déclaré, en conférence de presse qu'"Obama est jeune, beau et bien... bronzé"?



Si vous comprenez l'Anglais et l'Italien, vous vous  rendrez compte des propos abérants tenus par le politicien. La journaliste Italien tente de justifier les propos du Chef du Gouvernement : "It was a joke". Oui... Certes, c'est possible. Mais j'en doute.



Je ne voulais pas parler d’Obama car, il faut l’avouer, il n’y a pas que lui sur la planète. Et ça, je salue M. Hollande de l’avoir rappelé. « Il faut bien avoir conscience que M. Obama n’a pas été élu Président de la planète » a-t-il récemment scandé (ou un truc qui voulait dire ça !). J’ai trouvé ça énorme. Le ton qu’il employait était digne de ses meilleures allocutions : ça donnait envie de l’écouter plus longtemps.

Je ne voulais pas parler d’Obama mais finalement, comme tout un chacun, j’y suis plus ou moins contraint.

Avec mes parents, on en a parlé lundi dernier, avant son élection. Mon point de vue et celui de ma mère se rejoignaient : l’élection d’Obama serait surtout un changement de mentalité. Rien de plus. Un truc grandiose toutefois quand on pense qu’il y a 40 ans à peine, les Noirs n’avaient pas le droit de vote.

Pour mon père, plus capitaliste et entrepreneur que nous, son élection aurait correspondue à un profond bouleversement économique. Avec son arrivée à la Maison Blanche, ce serait les fondements du capitalisme qui seraient remis en question. Et comme mon père l’a fait remarqué « Qu’il soit Blanc, Noir ou Vert, moi je m’en tape !  et ce serait pareil en France ! L’important est qu’il devra être bon ! ». La raison pour laquelle nos point de vue ont divergé, c’est que j’ai étudié une bonne partie des ségrégations raciales aux Etats-Unis lorsque j’étais étudiant, et suis donc conscient et plus sensible de ça que lui ne peut l’être. Je connais brièvement, dans les grandes lignes, ce que les Américains noirs, Indiens ou d’origines ethniques autres qu’Européennes ont enduré. 

Finalement, après une plus longue réflexion, je serai de l’avis de mon père. Certes, le côté révolution culturelle n’est pas négligeable. Mais en ces temps de crise annoncée, oui, il s’agit à mon sens bien plus d’une révolution dans les fondements du système capitaliste. Même si Obama est incontestablement un capitaliste plus extrême que nos libéraux à nous, il s’avère qu’il est bien plus à gauche (selon notre système politique, hein !) que Mc Cain. Donc plus socialiste que ce dernier.

Et finalement, là où son élection est surprenante, c’est peut-être que les Américains ne sont pas tant fondamentalistes que cela.

 

Un peu comme les Communistes, à l’époque…

Publié dans Humeur du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo 11/11/2008 18:54

Boh, rien de bien passionnant mais merci l'ami!Si tu veux mettre ton papier sur Obama ici, ce serait avec plaisir.Dis-moi si tu retrouves plus les codes d'accès à l'interface. Jte les filerai. Ils ont pas changé, soit-dit en passant.

Nico 11/11/2008 01:38

J'allais tot en tard en venir a Obama mais je cherche une approche interessante... En attendant c'est un article interessant :)