Partir un jour sans retour

Publié le par Lucy

Un peu de science fiction pour cette nouvelle année ça vous dit? Alors une petite amorce rien que pour vous...(Bernard Werber, si tu passe par là : c'est aussi pour toi ! )

Dans une ununployed's national agency new generation......en...un futur assez proche...


"voix sexy intergalactique" : - Bonjour et Bienvenue à Lagarder's ANPE-Unedic new generation and co. Vos projets nous tiennent à coeur et nous passionnent ! Prenez place, saisissez votre nom, numéro de carte bancaire, Caff, et positionnez votre oeil droit face au scanner...

dzooooouit

 *la voix* - Bonjour Richard B****ard.! 
 Pour consulter l'historique de votre vie professionnelle tapez 1. Pour connaître votre situation actuelle tapez 2. Pour accéder à notre systeme d'offres interactives tapez 3.  Pour parler à un de nos conseiller turc mais parfaitement francophone, tapez 4.

tchting


*la voix* - Vous désirez connaître votre situation actuelle. Vous êtes désormais Richard B**chard, sans domicile fixe, de nationalité française. Votre licenciement a eu lieu il ya -3 mois-. Vous avez déjà refusé Une offre d'emploi  "acceptable".

*warning* wiiiiiooooonnnnwiiiiooooon


*la voix de p**asse*- Attention, notre programme vous soumettra une 2ème offre acceptable. La refuser nous contraindra à vous infliger de pénibles sanctions ! 
Rappel du décret de 2005 fougueusement amélioré en 2008 par notre président ;-) :  
http://www.service-public.fr/accueil/emploi_suivi_recherche.html

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-996121@51-996124,0.html
Les sanctions peuvent être de l'ordre de 20 à 50 % d'allocations Assedic en moins voir.... la suppression définitive...
 et enfin, la pulvérisation de votre nom sur la liste AnPe-Unedic est imminente...

*warning* wiiiiiooooonnnnwiiiioooooon
*la voix* : Attention il ne vous reste plus - que -  2  - jours pour accepter notre offre acceptable



Epilogue : Richard B**chard a quitté sa ville natale pour travailler en tant que saisonnier dans une entreprise de nettoyage. Il s'entend bien avec son patron qui est toujours de bonne humeur et dont les charges patronales ont considérablement diminué, il dit que c'est génial il va pouvoir employer plus de monde!  Le président de la république, lui ....

et là je laisse libre cours à votre imagination pour inventer la suite de l'histoire.

Publié dans Délires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo 12/01/2008 16:07

Intéressante, cette mise en relief.Pour la suite de l'histoire, suppression du temps de travail réglementaire, baisse du nombre de fonctionnaire, etc.